R B-L F cimt

RÉSEAU sur la Borréliose de Lyme en France, ses Co-Infections et les Maladies vectorielles à Tiques Construction d'une information critique contre le déni, pour l'aide et la défense des malades

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'information enfin "publique" aux Journées internationales sur les Maladies vectorielles à tiques

Les 15 et 16 juin l’Association Lyme Sans Frontières organise deux Journées Internationales d’Information sur les Maladies Vectorielles à Tiques, la "maladie de Lyme" et ses co-infections (JID’IMVT). L’une destinée aux médecins, l’autre au grand public. De l’information et publique. Enfin ! Il y a de quoi se réjouir.

Affiche_JID_IMVT.jpgEn effet, pendant des années le silence et l’inaction semblaient être de règle: les pouvoirs publics n’ont jamais alerté... (tout de même, à qui incombent information er prévention sur le territoire national?); on n’a pas vu non plus les politiques briller par leur engagement (les problèmes de santé de leurs concitoyens ne les préoccupent-ils pas ?); quant aux médecins, la plupart se sont couverts de la bannière IDSA/SPLIF (les œillères font-elles avancer la science ?)
Qu’ont donc rapporté aux malades les pas feutrés des décideurs de santé et des lobbyistes en tous genres depuis tant de temps ? Le vulgaire citoyen est resté dans l’ignorance totale de l’épée de Damoclès/borréliose suspendue sur sa tête, pendant que d’autres imaginaient l’écarter en niant l’évidence. De fait le médecin lambda n’en apprenait pas plus dans des formations médicales continues où rien n’était diffusé, quand elles n’étaient pas truffées de contre-vérités et agrémentées d’oukases sur les "charlatans". D’ailleurs certains ne vont-ils pas continuer à dire que nombre de charlatans se retrouvent à Srasbourg ? La fermeture d’esprit, poussée à ce point pour des scientifiques confine sans conteste au sectarisme.

Aujourd’hui, la pandémie étant constatée à l’étranger, qui sera responsable de tous ces malades demandant des comptes en France ? Qui sera responsable d’avoir tû l’information, oublié la prévention ? La pendule de la justice retarde, mais, dit-on, finit toujours par sonner.
Car les "IDSaiens" (de l’IDSA) n’ont pas envahi tout le territoire, non. Un petit coin d’irréductibles résiste. Quelques praticiens se mobilisent et au moins depuis l’an dernier rendent visibles leurs actions et réactions face au déni. Grand pas en avant. Après les rencontres sur les infections chroniques froides en Ardèche en février de cette année où une centaine de praticiens, parmi lesquels ceux du réseau chronimed, échangeaient leurs expériences, et après la journée d’étude sur les maladies à tiques de Paris l’an dernier, où des membres de l’ILADS rencontraient  les médecins français, cette fois-ci, à Strasbourg, outre les conférences médicales, la journée consacrée aux interventions en public revêt une réelle importance. La parole se libère. Le paysage sombre de la borréliose s’éclaircit.

De plus, pour cet événement, ce sont notamment des intervenants de renommée internationale qui présenteront leurs résultats en matière d’approches thérapeutiques:

  • Le Dr Richard Horowitz, membre fondateur de l’ILADS (l’International Lyme and Associated Disease Society); dont on a vu dans le film Lyme, La Grande Imitatrice d’Adrien Dumont, combien il s’étonnait du retard de la France.
  • Le Dr Petra Hopf-Seidel (de la société scientifique allemande sur la borréliose, Deutsche Borreliose Gesellschaft, Allemagne), dont le RBLF avait la charge de la diffusion de sa brochure sur la Persistance de la borréliose;
  • Le Dr Philippe Bottero, du réseau chronimed (membre du Collège International de Rickettsiologie, membre de l’American Association for the Advancement of Science, membre de la New York Academy of New York et de l’American Chemical Society) qui travaille depuis plus de trente ans sur les agents infectieux dans les pathologies chroniques.

Des antibiothérapies aux thérapies alternatives, des sérologie aux réactions de "Herx", des co-infections au rôle des facteurs endocriniens, de très nombreux travaux seront présentés. L’occasion de cerner un peu mieux les spécificités de la borréliose et l’occasion inappréciable de voir s’installer sur la place publique la question "secret défense" de cette maladie. L’occasion d’entendre des discours sans langue de bois de médecins informés et réellement respectueux de leurs patients et d’écouter la parole de cette communauté délaissée.

Espérons que cette visibilité devienne signe de militantisme. Car si les malades ont la nécessité de se montrer pour exister (comme le signifie la WWLP), ils ont le besoin d’obtenir des soutiens déclarés pour être reconnus. C’est aussi en cela que ces Journées sont un signe très fort pour eux.

Pour toute information sur les JID’IMVT et le programme consulter le site de Lyme sans frontières
ou écrire à associationlymesansfrontieres at gmail.com  tél: 00 – 33 – (0)6 82 63 06 50
Lieu: Palais des Congrès, place de Bordeaux à Strasbourg.



À noter dans les tablettes que cette année faste se poursuivra cet automne avec la deuxième Journée d’étude sur les maladies à tiques organisée par l’association Françe Lyme. Le RBLF y sera attentif également. Ça avance!

SpeedRocket /ReBL

Rédacteur: SpeedRocket /ReBL

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Envoyer à un ami

Les commentaires sont fermés


no attachment



À voir également

Oloron (64) Conférence : Maladie de Lyme État des connaissances, Polémique du déni

Des conférences qui posent ouvertement le problème du déni

En ce mois de juin deux conférences, chacune à deux extrémités de la France, ont retenu notre...

Lire la suite

JIDIMVT_2014_LSF.png

JIMD'IMVT à Strasbourg : forcer la porte !

JIMD’IMVT - Journées Internationales d’Information sur les Maladies Vectorielles à Tiques 7 - 8 JUIN...

Lire la suite