R B-L F cimt

RÉSEAU sur la Borréliose de Lyme en France, ses Co-Infections et les Maladies vectorielles à Tiques Construction collaborative d'une information critique contre le déni

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

751 lectures

Tiques + Borrelia + Réseau = l'info en 500 mots

Nous partîmes cinq cent; mais par un prompt renfort
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port,... (Le Cid, Corneille)

Comment diffuser une information sur les tiques et la borréliose que vous demande le sympathique petit journal de votre coin qui vous impose de faire court, très court, alors que vous souhaiteriez faire long, très long, pour tout expliquer du danger, de la prévention, du problème sanitaire, du déni etc. ? Comment tout dire, tout faire comprendre, alerter dans un espace alloué ridicule...?

Signalé/tiqueIncité par une collaboratrice du réseau cherchant une solution "concentrée", et grâce à sa préparation du projet (merci!), le RBLF vous propose un texte emballé en 500 mots, prêt à consommer, prendre sur place ou emporter.
Nous vous invitons à vous en servir, à le diffuser tous azimuts dès que vous le pourrez, librement et gratuitement avec la mention de la source comme il se doit (ReBL Ed° RBLF 11/2012 (CC) BY-NC-SA).
Si besoin et si vous en avez le temps, vous pouvez aussi le retravailler, l’utiliser comme point d’appui de documents plus longs. Faites-le grandir pour des versions en 1000, ou 3000 mots ! N’hésitez pas à nous le faire parvenir pour le partager de nouveau: à chaque demande d’un organe de presse local ou autre chacun pourra puiser la forme qui convient pour vulgariser l’information.
Nous vous offrons Tiquinfo-500; nous attendons vos contributions pour Tiquinfo-suite !



LA TIQUE : ENNEMIE N°1

La Borréliose de Lyme est une infection causée en Europe par des bactéries du genre Borrelia qui peut se transmettre par la piqûre de tiques (voire d’insectes). Les tiques infestent particulièrement les régions boisées, les herbes hautes et les taillis. En se nourrissant du sang d’animaux porteurs de la bactérie (souris, écureuils, renards, cervidés…) elles peuvent contaminer les humains.

Les seules préventions sont l’usage de répulsif; le port de vêtements longs, fermés, sombres; de bien s’inspecter au retour de balade; de laver ses vêtements et les passer au sèche-linge. Si vous êtes piqué, la tique doit être retirée dès qu’elle est découverte. Il ne faut pas écraser le corps mais utiliser une pince à épiler, une « pince à tique » (en pharmacie) ou mieux, la "carte à tique".

Les symptômes d’une Borréliose varient d’une personne à l’autre. Dans la moitié des cas un érythème migrant (plaque rouge autour de la morsure) apparaît entre trois jours et un mois après la piqûre. La fièvre, une impression de grippe sont aussi des signes. Les symptômes plus tardifs peuvent atteindre tous les organes et sont extrêmement variables sur fond de très grande fatigue: maux de tête, douleurs musculaires et articulaires, gonflements des ganglions lymphatiques, problèmes digestifs, atteintes oculaires, neurologiques, etc.

La maladie en touchant les articulations, le cœur, le cerveau, le système nerveux central, entraîne de très graves problèmes. La Borréliose de Lyme est souvent confondue avec d’autres pathologies. Il est primordial de consulter immédiatement un médecin. Les antibiotiques sont efficaces quand ils sont administrés en début d’infection. Sinon la maladie devient chronique et sa guérison hypothétique. Il faut être d’autant plus vigilant que la bactérie peut se mettre en veille et ne devenir active qu’au bout de plusieurs années: incitez votre médecin à s’informer.

C’est la 1ere maladie vectorielle aux USA. Au Canada les lieux infestés sont listés; en Allemagne des spots TV de prévention sont diffusés. En France, l’INVS (Institut National de Veille Sanitaire) déplore l’absence d’études systématiques régionales comme nationales. Hormis les  régions toujours citées: Alsace, Auvergne, certains autres territoires, pourvus ou non de grands massifs forestiers, sont des foyers d’infections très actifs mais non pris en compte par les autorités publiques. La progression des habitats péri-urbains vers les zones rurales, la proximité avec les milieux sauvages, le fractionnement des espaces naturels contribuent à la propagation de l’infestation. On trouve des tiques jusque dans les aires de jeux en ville !

Face à une pathologie difficile à détecter, encore classée, malgré sa fréquence, dans les maladies rares, l’absence de politique sanitaire a pour effet que les malades ne sont pas repérés, ou pas traités, et souvent livrés à eux-mêmes.

➢ Pour toute information médicale sur la maladie et ses co-infections, le site très complet du Dr Georges
➢ Pour joindre les associations nationales:
---> France Lyme
--->et la récente Lyme sans Frontières
➢ Pour comprendre le déni de ce problème de santé publique, le site du RBLF

ReBL Ed° - RBLF 11/2012 - (CC) BY-NC-SA

Téléchargez le document Tiquinfo-500 (en "fichier attaché").
Rédaction RBLF

Rédacteur: Rédaction RBLF

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Envoyer à un ami

Les commentaires sont fermés



À voir également

Questionnaire de Horowitz SIMS/ML

Le "Questionnaire-Horowitz" en ligne pour tester ses propres symptômes

Les Éditions Souccar qui viennent d’éditer en ce mois de juin 2014 le livre du Dr Horowitz Soigner...

Lire la suite

laplagemanif.jpg

Lyme? Malade, isolé(e), perdu(e), besoin d'aide?

Perdu (e) Vous, votre enfant, vos proches, ont tous les signes d’une infection par une tique. Votre...

Lire la suite