R B-L F cimt

RÉSEAU sur la Borréliose de Lyme en France, ses Co-Infections et les Maladies vectorielles à Tiques Construction collaborative d'une information critique contre le déni

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

1125 lectures

La France touris-tique n'admet pas de tiques !

La France... Première destination touristique au monde...

L’étude de la DGSI, Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services, et de la Banque de France a paru en ce début de mois d’août: La France demeure le pays le plus visité au monde avec 84,7 millions de touristes étrangers en 2013 qui ont dépensé 41,8 milliards d’euros !... [1]

Le Tourisme, Grande cause nationale (Président F. Hollande)

Voilà, tout est dit.
Comment voulez-vous après ça faire des campagnes massives contre le fléau des tiques omniprésentes, contre une zoonose envahissante, contre une borréliose de lyme en expansion, contre une pandémie qui galope ?
Comment voulez-vous faire poids face à cette masse, cette manne ?

Lorsque le RBLF pose la question au Dr Horowitz aux Journées Internationales d’informations sur les maladies vectorielles (JID’IMVT) de Strasbourg en juin 2014: [2]
- Selon vous, qu’est-ce qui produit un tel blocage en France ? Un tel déni de la part des experts officiels et des autorités de santé publique ?
Ce grand spécialiste de la borréliose et de ses co-infections répond directement :
- Le tourisme !
Une évidence vue de l’extérieur... Les activités lucratives du tourisme n’admettent pas la présence de tiques et leur danger potentiel. La démonstration nous en est fournie en plein été, le 1er août, sur la radio nationale France Inter, lors d’un "Téléphone sonne" sur les problèmes posés par la recrudescence des moustiques, frelons et tiques. Un entomologiste de l’OPIE, François Lasserre, vient tranquilliser le vulgum pecus.[3] A la question Ces bêtes viendraient-elles pourrir nos vacances ? l’expert répond avec assurance:

Lecteur audio intégré

’’N’y faites pas - absolument pas - attention. N’y prêtez aucune attention. Soyez Zen et vous passerez un super été."[4]

Ainsi: Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ! En reprenant les derniers chiffres dont se rengorge à raison le ministère, on ne peut que constater l’ampleur du phénomène:
Le 4 Pages, DGSI n° 36, juillet 2014 La France maintient sa position de première destination touristique au monde, loin devant les États-Unis (69,8 millions d’arrivées de touristes) et l’Espagne (60,7 millions).[5]

  • 7,33 % du PIB en 2012 en consommation touristique;
  • 1 245 742 emplois au 31/12/12;
  • 273 494 entreprises en 2011;
  • 11,3 milliards d’euros en 2012 en solde de la balance touristique.

Le portail de la mission d’information et de veille de la Sous-direction du Tourisme complète l’information:
En matière d’investissement, ce sont 12,738 milliards d’euros d’investissements dans le secteur du Tourisme en 2012 c’est à dire un montant quasi équivalent aux investissements consentis dans l’Agriculture ou l’Énergie et 3,5 fois supérieur à ceux de l’Automobile.
Et le ministère d’ajouter :
En matière de recettes tirées du tourisme international, la France occupe la troisième position, derrière les États-Unis et l’Espagne. Les recettes sont passées de 41,8 Mds € en 2012 à 42,7 Mds € en 2013, soit une hausse d’environ 2,2.


Extrait du film de Ch. Perrin "Quand les tiques attaquent"C’est après avoir discuté avec le Dr Horowitz et lu ces chiffres, qu’on réalise combien la France est une référence pittoresque, et pas seulement pour les américains, ce que corrobore la DGSI. En effet l’Hexagone offre dans un territoire restreint un patrimoine culturel incomparable et d’une infinie variété: géologique, préhistorique, historique, artistique, scientifique, architectural, naturel, littéraire, gastronomique, etc. En un petit espace, carrefour de multiples migrations estivales en Europe, et en un minimum de temps, le voyageur a tout à portée de main. Les Tour Operator chinois le savent aussi qui vendent pour 5 jours les circuits vers notre "Culture", symbole de l’Occident et sans nul doute des valeurs qu’on lui prête.

Dans ce contexte de guerre commerciale, les chiffres officiels de prévalences de la maladie de Lyme, ridicules, sont en cohérence, forcément en cohérence. La réalité de l’infestation est masquée, malgré les alertes nationale et mondiale, et le discours dominant est celui d’une dépréciation à tous crins. C’est ainsi que l’on entend François Lasserre, défenseur de la nature et de sa saine biodiversité, relativiser l’incidence de la maladie et sa gravité.

Lecteur audio intégré

Il évoque "une centaine de cas", total "minime" souligne-t-il, par rapport à la grippe, aux noyades et accidents divers...(sic) La réalité de la pathologie est écartée par ces comparaisons, inappropriées, mais, selon lui, mesures statistiques à prendre avec philosophie, pour se détendre, et être Zen ! (sic). Il n’est pas sûr que les malades de borréliose apprécient cette façon comptable de les écarter et cette méthode coué de la relaxation. Dans la même émission de France Inter, le Professeur Willy Rozenbaum, du haut de sa haute compétence d’infectiologue, va dans le même sens que l’entomologiste. Éminent spécialiste des maladies infectieuses et tropicales[6], il cherche à se montrer rassurant pour les vacanciers.

Lecteur audio intégré

Mais son assimilation étrange (tique présentée à la fois comme germe, microbe, virus, bactérie...), son renversement de la non-fiabilité des diagnostics en accusations de "malhonnêtetés" et de positifs "inventés"..., sa vision de la maladie : séquelles immunitaires et "patraquerie" (sic) ! ne leurrent pas une population de plus en plus au courant et qui ne veut plus s’en laisser compter par un discours officiel et menteur.[7]
Comme le démontre l’émission du "Téléphone Sonne", le gisement touristique est une mine d’or et il sert malheureusement les tenants du déni de la borréliose. Dans le film de Chantal Perrin, une responsable du RBLF dresse cet état des lieux:

Il n’y a pas, au moins, l’information pour alerter un minimum. Il n’y a pas.
De la même façon que, dans les pharmacies, dans les aires de loisirs, de nature, on ne trouve rien qui concerne à la fois les possibles infestations - avec des panneaux par exemple - ou les dangers que cela représente. Parce que ça gêne les hôteliers, les restaurateurs, tous ceux qui ont des activités en montagne.
C’est quand même très difficile pour un maire devant sa commune d’afficher son petit panneau en disant : Attention ! ici il y a des tiques... Il va dire: Mais le boulanger, il ne viendra jamais s’installer...; Parce que sinon on n’aura pas de touristes.
C’est vraiment un sacré problème parce que si on ne veut pas dire et si on subit, jusqu’où on va aller ?

Jusqu’où, oui, pour conserver la Pole Position et cette manne financière ? Plutôt que faire le siège du ministère de la Santé, les malades et leurs associations ne devraient-ils pas s’installer devant le ministère de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme ? C’est à lui qu’il faudrait poser ces questions:Extrait du film de Ch. Perrin "Quand les tiques attaquent"

  • Pourquoi n’y-a-t-il pas d’information dans toutes les pharmacies ?
  • Pourquoi n’y a-t-il pas une prévention d’État ?
  • Pourquoi n’y a-t-il pas des documentations dans tous les cabinets médicaux ?
  • Pourquoi n’y a-t-il pas une formation systématique de tous les médecins ?

Puisqu’on sait que des tiques il y en a partout.
Mais justement, les tiques, on ne veut pas qu’il y en ait partout. Armé de nos chiffres phares de la compétitivité touristique, des 84,7 millions de touristes étrangers en 2013 et de leurs 41,8 milliards d’euros dépensés, on parcourra le territoire en comprenant mieux l’absence de signalétique. Comme le dit Chantal Perrin dans son documentaire Quand les tiques attaquent!: Dans les forêts françaises contrairement à beaucoup de pays dans le monde on ne trouve aucune information sur les tiques... La charte du promeneur, les comportements interdits, les risques d’incendie sont écrits noir sur blanc, mais rien n’est dit sur le petit acarien porteur de bactéries.[8]

Lecteur audio intégré

Et si d’aventure le petit acarien croise sur son chemin le promeneur, ce n’est pas grave nous indiquent les invités du "Téléphone sonne", il suffira de s’inspecter - comme s’épouillent les singes, pour passer le temps, ce qui donnera bien l’occasion de conversations originales (sic)[9] - et éventuellement de prendre un traitement préventif... [10]
Braves gens, dormez tranquille ! "Dé-ten-dez-vous !", répète François Lasserre; ce ne sont après tout que "patraqueries" comme dit Willy Rosenbaum.
La première destination touristique au monde continuera-t-elle longtemps encore à rester, silencieusement, un lieu de villégiature paisible pour les tiques ?

Notes

[1] Source DGSI, Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services; secteur Tourisme. Etude à télécharger "Le 4 Pages DGSI, n° 36 - Juillet 2014.

[2] Pour rappel les JIDMVT. Lire la présentation du livre du Dr Horowitz.

[3] France Inter, "Le Téléphone sonne", vendredi 1er août 2014, "Moustique tigre, frelon asiatique, tique : faut-il avoir peur de ces petites bêtes qui montent ? " Ré-écoutez dans son intégralité l’émission. Voir la notice sur François Lasserre. Vice-président de l’Office pour les insectes et leur environnement (Opie), co-président du Graine IdF (réseau d’éducation à l’environnement), expert « éducation » de l’UICN France et membre des Journalistes-écrivains pour la nature et l’écologie (JNE).

[4] F. Lasserre, émission citée dont nous avons extrait des passages édifiants ponctuant cet article.

[5] Source : "Veille touristique", portail de la mission d’information et de veille de la Sous-direction du Tourisme. Edité par la Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS).

[6] Willy Rozenbaum, Spécialiste des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Saint Louis à Paris. Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, Paris VI.

[7] Willy Rosenbaum, émission citée. Extrait : Las, la recherche de ces anticorps manque de spécificité. Il y a beaucoup de faux négatifs, beaucoup de faux positifs, encore plus de faux positifs que de faux négatifs. Je dois dire qu’il y a même eu - je ne sais pas s’il faut dire des scandales - mais en tous cas des malhonnêtetés qui ont été faites. C’est à dire certains laboratoires ont joué sur la crainte ou la peur des gens et ont inventé des résultats positifs. Et encore un extrait: ./. dans ce qu’on appelle des formes chroniques de la maladie de Lyme, la majorité ne sont pas de vraies maladie de Lyme, c’est des patraqueries qui peuvent être très pénibles mais qui ne sont pas réellement dues à la bactérie, - à cause de ces résultats diagnostics qui sont un peu difficiles à interpréter.

[8] Lire notre présentation de son film.

[9] F. Lasserre, émission citée. Extrait :Même si la tête est dedans de toute manière vous pouvez rien y faire donc voila vous l’avez enlevée c’est pas grave... (W. Rosenbaum : Elle va partir.) ...vous regarder tous les endroits un peu sensibles un peu chauds, là ou y-a des poil etc; c’est un peu intime comme détection les autres singes d’ailleurs s’épouillent; ça permet d’avoir des conversations originales. Voilà. Donc faites-le tranquillement mais détendez-vous ! Passez des vacances tranquilles; allez vous balader dans la nature. Plus vous serez en contact avec les bestioles, plus vous serez à l’aise et plus elles vous seront familières.

[10] W. Rosenbaum, émission citée. Extrait :Si on est dans une région où la maladie de Lyme est reconnue comme étant assez prévalente, assez fréquente, on peut même prendre un traitement préventif. Certains médecins le proposent.

Rédaction RBLF

Rédacteur: Rédaction RBLF

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Envoyer à un ami

Les commentaires sont fermés


no attachment



À voir également

Perronne_pourquoi_Dr_.png

Lumineux entretien sur la chaîne santé "Pourquoi Dr?"

Le professeur Christian Perronne nous habitue de plus en plus à des prises de parole claires,...

Lire la suite

Fce_Inter_La_tete_au_carre__Lyme.png

L'affaire Lyme sur France Inter

France Inter ouvrait ses ondes à la Maladie de Lyme le 15 avril dernier : L’affaire de la maladie de...

Lire la suite