R B-L F cimt

RÉSEAU sur la Borréliose de Lyme en France, ses Co-Infections et les Maladies vectorielles à Tiques Construction collaborative d'une information critique contre le déni

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

1963 lectures

www.maladies-a-tiques.com se recycle

Lorsqu’on cherchait une information sur les maladies vectorielles à tiques, depuis des années on se référait à un site assez incontournable par la qualité et la précision de ses informations. "Maladies à tiques" était une vraie ressource. Elle disparaît.

Encart du site "maladies à tiques" Nom de domaine en en venteTenu par un médecin très investi, le Dr George, ce site était unique car justement celui d’un médecin. Quasi aucun autre site médical n’osait informer de la sorte. Il ne s’embarrassait pas de Consensus ou pas, donnait l’information telle qu’elle se présentait, et pour les borrélioses, ne cachait ni la gravité de la maladie ni l’ampleur de son extension.
En début d’été, une responsable du RBLF remarquait une erreur "No Found" récurrente sur la page de ce fameux site. Mise à jour, problème de serveur, disparition accidentelle ?
En parallèle elle retrouvait le Dr George à l’Institut national de Veille sanitaire (INVS) dans l’équipe du comité de pilotage de l’étude "ALSA(CE) TIQUE 2014-2015 mise en place au 1er janvier 2014 et prévue pour 2 ans en Alsace, dans la droite ligne du réseau Sentinelles que nous avons évoqué à plusieurs reprises.[1]
Comité de pilotage de l'étude ALSA-ce-TiquesOr, ce comité est sous la haute responsabilité du Prof. Christman, personnage très connu de la communauté des malades de borréliose puisque responsable en titre du Consensus dit "du déni"... Renforcent son équipe, parmi d’autres, les Drs Jaulhac (CNR) et Kieffer, tenants du déni, également bien connus des malades. Le Dr George pense-t-il ainsi prolonger son action au sein de cet aréopage ?

C’est que l’étude de l’INVS a besoin de volontaires. Elle a lancé son recrutement régional dans le but de décrire les caractéristiques des cas recensés afin d’améliorer leur prévention et leur traitement, à l’aide d’un questionnaire individuel. Pour ne pas faire fuir ces futurs bénévoles, elle indique que le temps estimé à ce recensement est de 20 min par mois. Quand on sait le nombre d’heures que prend une première consultation pour Lyme, on s’interroge sur la valeur d’une telle procédure administrative... [2] Un aide mémoire pour repérer les cas est diffusé par Alsace-Tiques. D’emblée il s’avère réducteur, n’augurant pas d’une détection efficace.

Malgré tout, on voudrait bien faire crédit à ce comité de la réelle volonté de donner un état des lieux non falsifié en Alsace. D’autant qu’on relève cette bonne volonté dans le protocole: L’absence de données épidémiologiques récentes, la révision récente des critères de définition (10) (révision européenne EUCALB pour la borréliose de Lyme et TBE) et l’évolution des techniques diagnostiques sont en faveur de la nécessité de disposer de données actualisées. Extrait du protocole Alsa-ce-tiques 2014-2015

Serait-ce le réveil des consciences ? (ou tout au moins, une apparence de réveil.)
Celui-ci émerge étrangement avec le double procès B.Christophe-V. Schaller et sous la pression (relative) de la demande ministérielle du très attendu rapport sur les MVT.[3] Pas de fumée sans feu.
Après des décennies de silence, lire que Cette étude permettra d’identifier les secteurs et les expositions les plus à risque afin de promouvoir les messages de prévention adaptés vis-à-vis de la population, doit soulager le Dr George dont l’objectif était bien d’informer le mieux possible avec son ex-site "maladies à tiques".

Avec son aide, cette fois recyclée dans le Comité Alsace-Tiques, nous attendrons avec impatience l’apparition de la signalétique adéquate dans toutes les forêts d’Alsace, les grands panneaux 4X4 à tous les carrefours, et les abribus illuminés en plein Strasbourg... Tout cela présageant évidemment d’un changement de braquet sur l’ensemble du territoire français où les tiques sévissent sans qu’on en fasse encore état.
Et avec un peu de chance et le succès escompté, on demandera à M. Christmann, ou ses collègues, le pilotage des comités des autres régions de France.

Le site "maladies à tiques" disparaît, une nouvelle information prendrait-elle le relais ? Certains y songent. Certains en doutent.
Bonne chance Dr George !

Notes

[1] Lire notre article : Sentinelles, la mise en veilleuse stratégique.

[2] Se référer à notre article: Borréliose et maladie rare.

[3] Rapport "maladies vectorielles à tiques" à venir, qui sera(it) présenté lors du procès au TGI le 23 septembre 2014.

Rédaction RBLF

Rédacteur: Rédaction RBLF

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Envoyer à un ami

Les commentaires sont fermés


no attachment



À voir également

E. Coli 10000x. Photo by Eric Erbe, digital colorization by Christopher Pooley, both of USDA, ARS, EMU. Wikipedia

Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations

Un amas de bactéries Escherichia Coli grossi 10,000 fois. Eric Erbe/wikipedia (The Conversation.)...

Lire la suite

Perronne_pourquoi_Dr_.png

Lumineux entretien sur la chaîne santé "Pourquoi Dr?"

Le professeur Christian Perronne nous habitue de plus en plus à des prises de parole claires,...

Lire la suite