R B-L F cimt

RÉSEAU sur la Borréliose de Lyme en France, ses Co-Infections et les Maladies vectorielles à Tiques Construction collaborative d'une information critique contre le déni

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

2901 lectures

Lyme dans "Le Monde" : impressionnant!

Double page choc dans le journal Le Monde, édition du 10 décembre, consacrée à la maladie de Lyme, "Un fléau sous-estimé" et à la tique ,"ennemie chronique".

Le Monde Supplément 101214 TIQUE ENNEMIE CHRONIQUE

Aucun lecteur ne peut échapper à la spectaculaire photographie en tête de ce supplément Science&Médecine, celle d’une tique démesurément grossie, avatar de monstre de cauchemar prête à s’échapper de la page. Effet géant assuré ! Les autres images n’étant pas moins stupéfiantes.

Avec ses près de 300 000 ventes, et en ajoutant ses double ou triple prises en main, le quotidien du soir donne un écho retentissant à la maladie. De plus en plus de médias s’emparent du sujet; la question est de plus en plus souvent affichée et le silence brisé. Depuis 3 ans tout à changé; il y aura un avant et un après.

Si la mise en page frise la recherche du sensationnel, l’article, lui, tout en étant court, n’est pas superficiel. Il faut saluer la manière dont Raphaëlle Maruchitch traite le problème, faisant clairement le point sur la prise de conscience de l’épidémie en marche.[1]

L’article bien documenté s’intéresse d’abord à l’incidence de la maladie, puis au dernier rapport officiel en date[2], et au travail de parlementaires français cet été[3], pour déboucher sur la problématique douloureuse à laquelle se heurte la majorité des malades: le diagnostic et les traitements, deux aspects fondamentaux qui mettent en cause la pertinence des conclusions du Consensus de 2006, appliquées comme un dogme.

Le Monde Supplément 101214 "LYME Un fléau sous-estimé"Donnant la parole à des médecins spécialistes, en premier lieu au Pr Pérronne, à des biologistes, à la directrice de la recherche à l’INRA, Mme Vayssier-Taussat , à des militants associatifs bien connus, la journaliste évoque les différents tests en usage pour détecter la maladie (Elisa, Western-Blot, PCR) et leur degré de fiabilité que le Pr Jaulhac responsable du CNR à Srasbourg vient de reconnaître comme "variable" alors que le chef de produits chez Siemens Healthcare Diagnostic - qui met au point les fameux Elisa décriés -, avance plutôt la nécessité d’une "détection clinique de la maladie", indiquant que "la biologie n’est là que comme une aide".

Raphaëlle Maruchitch signale "les traitements intermittents", les pistes possibles des médecines douces et de la phytothérapie à laquelle recourt aussi le Docteur Richard Horowitz, auteur de Soigner Lyme et les maladies chroniques inexpliquées paru en français cette année.[4] De ce livre qu’elle qualifie de "bible" sur le sujet, Daniel Christmann, professeur de pahologies infectieuses et tropicales au CHU de Strasbourg (qui s’accroche à sa thèse d’un symptôme résiduel de la maladie pour les malades en grande souffrance) a dû s’inspirer pourtant puisque désormais note t-elle il parle également de co-infections.
Elle souligne que les progrès dans la prise de conscience générale sont le résultat des actions des associations et des malades qui dénoncent un déni de la maladie et l’errance diagnostique.
Elle conclut sur l’immense terrain scientifique et médical qu’il reste à défricher.

Ce point bref, mais honnête et clair, est très instructif sur le rôle primordial des malades et de leurs associations. Ce sont elles et eux qui sont aux premières places pour faire bouger les lignes: faire parler dans les médias pour gagner l’opinion publique, pousser le corps médical à s’informer et agir, obliger les Pouvoirs Publics à prendre leurs responsabilités dans tous les domaines dont celui évident et pourtant totalement négligé de la prévention. L’étalement du problème du déni dans ce grand format du journal Le Monde le rend éclatant.
Le Père Noël y mettra-t-il aussi du sien en apportant bientôt dans sa hotte un instrument médical performant opposable à tous ceux qui s’obstinent à considérer le Consensus de 2006 comme une panacée ?
De nouvelles avancées scientifiques, médicales et législatives - grâce à l’action, même modeste, de chaque malade et/ou aidant, de chaque personne informée, avec les associations unies dans la défense des malades et de leurs droits - est une exigence que tous les médias devraient soutenir.

Notes

[1] Le Monde Supplément Science&Medecine, 10 décembre 2014; cf. la page Science de l’article en ligne.

[2] Rapport Zylbermann du 4 décembre à l’initiative de la Direction Générale de la Santé, sous la responsabilité du HCSP, Borréliose de Lyme. État des connaissances.

[3] résolution à l’attention de la Commission de Bruxelles, proposition de loi en octobre

[4] Lire notre article : "Le livre guide passionnant du Dr Horowitz"

H2o /ReBL

Rédacteur: H2o /ReBL

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Envoyer à un ami

Les commentaires sont fermés


no attachment



À voir également

E. Coli 10000x. Photo by Eric Erbe, digital colorization by Christopher Pooley, both of USDA, ARS, EMU. Wikipedia

Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations

Un amas de bactéries Escherichia Coli grossi 10,000 fois. Eric Erbe/wikipedia (The Conversation.)...

Lire la suite

Perronne_pourquoi_Dr_.png

Lumineux entretien sur la chaîne santé "Pourquoi Dr?"

Le professeur Christian Perronne nous habitue de plus en plus à des prises de parole claires,...

Lire la suite