R B-L F cimt

RÉSEAU sur la Borréliose de Lyme en France, ses Co-Infections et les Maladies vectorielles à Tiques Construction collaborative d'une information critique contre le déni

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

9133 lectures

Lyme, la Grande Imitatrice, enfin LE documentaire!

Comblant un vide documentaire sur la borréliose en France, le film d’Adrien Dumont[1] vient à point nommé rendre la monnaie de sa pièce au sieur Hünerfeld et à son affligeant reportage-fiction de sinistre mémoire passé sur Arte en mai 2012. [2]



LYME, LA GRANDE IMITATRICE par sanchofilms

Mais à l’inverse du Dr Hünerfeld obtenant le prix de la Sté allemande de neurologie (partisan du déni) [3], le film de Dumont n’a pas attiré les médias français [4] et ce n’est sans doute pas faute de temps investi dans le contact et l’entretien avec les meilleurs connaisseurs de la maladie: sur notre territoire le Pr Perronne, le Pr. Montagnier, le Dr Raymond, en Amérique le Dr Horowitz. Pourquoi alors un tel désintérêt des médias qui n’ont pas soutenu sa diffusion ? Eux aussi considèrent-ils le problème comme négligeable ou déjà circonscrit ? Eux aussi manquent-ils de vraies informations ?

Pourtant à la question "maladie rare ou non ?", la réponse n’est pas décisive. Car, demande Dumont, quels sont les éléments de diagnostic(s) et en quoi sont-ils fiables? Et son travail, loin de rejeter les malades dans le néant de la psychiatrie comme le faisait Hünerfeld en concluant, prend le parti de la nécessité de la recherche pour une connaissance plus approfondie de la pathologie.
En parlant de la non-fiabilité des tests, je me réfère à la littérature scientifique, les bons journaux, dit en bref l’un des intervenants. J’attends les tests objectifs pour écarter la pathologie mais je ne l’écarte pas d’emblée, énonce en substance un autre. Ne pas soulager les malades parce qu’on n’entre pas dans le protocole ? s’interroge un dernier.

C’est par un montage pertinent dégageant les arguments de la controverse existante que le réalisateur réussit ainsi le pari de rendre clairs les interrogations des uns et l’ aveuglement des autres: Mon film tente de montrer qu’il existe aujourd’hui deux définitions radicalement différentes de cette maladie. Et il est remarquable que l’exposition des parties en présence soit faite de manière si accessible au grand public. On se souvient que le carabin d’Arte pontifiait a l’envi et étalait sa causticité. Ici, bien plus que des affirmations, A. Dumont met en scène des malades avec leur expérience et leur solitude, et des praticiens avec leurs questionnements et leurs doutes, opposés à des médecins étonnants d’assurance, rejetant l’inconnu, ou pire, ne discutant pas de ce qu’ils ne souhaitent pas entendre. Quelquefois même les discours se font face comme si les hommes de l’art ne parlaient pas de la même maladie; par exemple le Pr. Perronne, chef du Service maladies infectieuses, CHU de Garches et le Pr Massip, du Sce infectiologie et Maladies tropicales, CHU Purpan de Toulouse... La problématique de la borréliose confine souvent au dialogue de sourds; et certaines alternances de plans l’illustrent parfaitement.

Par ailleurs la parole des malades prend toute sa force ici dans ce contexte d’exposition, dévoilant dignement une sorte de philosophie de la douleur au travers d’un stoïcisme d’autant plus admirable qu’on sait, ou qu’on apprend au détour d’une phrase, le fardeau d’une telle maladie. Adrien Dumont a su donner chair à une pathologie que d’aucun souhaiterait désincarner.
On gardera sans doute aussi en mémoire comme un fil rouge parcourant ce documentaire désormais incontournable, les réflexions douces amères de ce médecin "de terrain", le Dr Pawlak, qui dans l’obscurité d’une maladie déniée, en tâtonnant, veut malgré tout avancer.
C’est cette nuit que le vidéaste vient à son tour un petit peu éclairer. 

Dans cette année 2013 foisonnante d’événements présents et à venir, ce film est une pièce essentielle pour le dévoilement de cette maladie. Un vrai problème de santé publique et il est temps, selon certains d’y remédier...

C’est toute la force et l’énergie qu’on souhaite à ce film. Aider à remédier. On ne peut pas rester dans cette situation infernale parce que c’est les malades qui en pâtissent. (Pr. Perronne).
Nous invitons les rebelles et l’ensemble de nos visiteurs à le diffuser le plus possible. 

Un APPEL À DONS a été lancé pour montrer Lyme, La Grande Imitatrice dans des festivals de films scientifiques. Ce soutien est indispensable pour faire évoluer la situation en France et au-delà.

Note

[1] Lyme, La Grande Imitatrice, 65 mn, Réalisation : Adrien Dumont, membre de France Lyme, diffusion originale sanchofilms sur Dailymotion - Parrainage : Association France Lyme.

[2] Lire les articles du RBLF à ce sujet: Les Fourberies de Carabin et Arte couvre le reportage sur Lyme

[3] Lire l’article : Prix du journalisme pour Hünerfeld.

[4] C’est devant l’échec de ses démarches pour faire diffuser son DVD que le réalisateur l’a rendu disponible sur le Web.

SpeedRocket /ReBL

Rédacteur: SpeedRocket /ReBL

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Envoyer à un ami

Les commentaires sont fermés


no attachment



À voir également

E. Coli 10000x. Photo by Eric Erbe, digital colorization by Christopher Pooley, both of USDA, ARS, EMU. Wikipedia

Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations

Un amas de bactéries Escherichia Coli grossi 10,000 fois. Eric Erbe/wikipedia (The Conversation.)...

Lire la suite

Perronne_pourquoi_Dr_.png

Lumineux entretien sur la chaîne santé "Pourquoi Dr?"

Le professeur Christian Perronne nous habitue de plus en plus à des prises de parole claires,...

Lire la suite