R B-L F cimt

RÉSEAU sur la Borréliose de Lyme en France, ses Co-Infections et les Maladies vectorielles à Tiques Construction collaborative d'une information critique contre le déni

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

1100 lectures

Nouvelle pétition pour soutenir les médecins de Lyme

Soutien aux médecins soignant les malades victimes des maladies vectorielles à tiques

Toujours sourds aux appels des associations, les Directeurs des Caisses Primaires d’Assurance Maladie qui poursuivent les médecins, les responsables du Conseil national de l’Ordre, et la Ministre des affaires sociales et de la santé voient reparaître aujourd’hui la pétition lancée en juin 2015 pour soutenir les médecins harcelés, pétition déjà forte de 10 500 signatures, et qui maintenant accueille une nouvelle association, Le droit de guérir.

En quelques jours, cette deuxième pétition récolte près de 3 500 signatures. C’est dire l’importance de la prise de conscience générale, confirmée par l’impact de très nombreuses émissions et articles dans les médias.

Dernier éclat en date, le coup de poing sur la table asséné par le professeur Perronne dans son livre sorti en ce tout début d’année 2017 dont on peut facilement imaginer le retentissement; c’est tout de même le plus important médecin français spécialiste de la maladie qui prend une position claire et violente contre la situation faite aux malades et à leurs médecins.

Face à l’inertie et aux blocages, il faut signer sans tarder et faire signer le plus possible cette pétition capitale.


Pe_tition_Soutien_me_decins.png _

"Cette pétition fait suite à celle ouverte le 21 juin 2015, administrativement clôturée le 21 juin 2016 après avoir recueilli 10 346 signatures électroniques, auxquelles s’ajoutent de nombreuses signatures papier, jusqu’ici non comptabilisées, et conservées chez les responsables associatifs.

Nous soussignés, malades atteints d’infections vectorielles à tiques, adhérents ou sympathisants d’une association ou collectif de défense des malades de Lyme, médecins ou simples citoyens, constatons que, depuis la fermeture de la dernière pétition, la situation des malades en France n’a guère changé et que les médecins qui les prennent réellement en charge sont toujours victimes de poursuites judiciaires graves et totalement injustifiées.

Quels faits leur sont le plus souvent reprochés ?

  • On reproche aux médecins poursuivis de soigner les malades dont la sérologie ELISA est négative.

Peut-on encore ignorer que le test ELISA avec recherche de Borrelia est faussement négatif dans plus d’un cas sur deux, laissant ainsi des milliers de malades « sur le carreau » ?

  • On reproche aux médecins de prescrire des tests diagnostiques non homologués en France (et, qui plus est, non remboursés, donc à la charge des malades.).

Peut-on encore ignorer que ces tests sont pourtant reconnus et validés hors de nos frontières (Allemagne, Europe de l’Est, USA)?

  • On reproche aux médecins d’ordonner des protocoles d’antibiotiques et anti-infectieux dont les posologies et les durées dépassent les recommandations officielles de la Conférence de Consensus de 2006.

Peut-on encore ignorer que ce Consensus français, inspiré des recommandations américaines de l’IDSA, est jugé insuffisant et obsolète ?
- Il ne s’intéresse pas à la multiplicité des agents pathogènes transmis par les tiques : Borrelia, Bartonella, Babesia et d’autres encore.
- Il sous-estime l’existence des formes persistantes intracellulaires de ces agents infectieux, responsables de troubles chroniques chez les malades, alors même que des publications scientifiques nombreuses le démontrent.
- Il rejette les recommandations américaines de l’ILADS qui s’appuient pourtant sur ces références scientifiques pour affiner régulièrement les protocoles de traitements proposés.
- Il ne tient aucun compte de la loi américaine reconnaissant la forme chronique de la maladie de Lyme aux USA, et légitimant ainsi les traitements prolongés, les médecins américains ne pouvant plus être inquiétés pour leur façon de soigner les malades de Lyme.

  • On reproche aux médecins de proposer des traitements naturels dits « non conventionnels », type huiles essentielles, phytothérapie, compléments alimentaires.

Peut-on encore ignorer que, tout à fait légalement, les traitements naturels sont largement prescrits à travers la France par de nombreux médecins, et que les huiles essentielles sont utilisées pour soigner de nombreux maux ?
- Il est incohérent d’interdire les traitements antibiotiques prolongés sans autoriser par ailleurs l’utilisation de médecines douces !

Si ces médecins qui, conformément à leur serment d’Hippocrate, en vertu de leur éthique professionnelle, ont actualisé leurs connaissances pour aider et soigner les malades chroniques en s’appuyant sur les nouvelles préconisations de l’ILADS, ne peuvent soulager les malades de Lyme, qui le fera ? Dans quel néant sombreront ces laissés-pour-compte de la médecine française ?
C’est pourquoi nous soutenons sans réserve les médecins suivants, ainsi que tout autre médecin qui serait poursuivi pour les mêmes faits :

Dr Marc ARER

Dr Philippe BOTTERO

Dr Raphaël CARIO

Dr François LALLEMAND

Nous réclamons leur relaxe ou l’arrêt immédiat des poursuites et harcèlements dont ils font l’objet.’’

Rédaction RBLF

Rédacteur: Rédaction RBLF

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Envoyer à un ami

Les commentaires sont fermés


no attachment



À voir également

Conf_chronimed_Benelux_24oct16.png

2e conférence internationale de chronimed Benelux

Le groupe Chronimed BENELUX montre une activité débordante. Avec l’ALBL il lance sa 2e conférence...

Lire la suite

WWLP_2016.png

WWLP 28 mai 2016: la carte des manifestations

A l’occasion de la journée mondiale de protestation contre le déni de la maladie de Lyme, et comme...

Lire la suite